Archive Monthly Archives: septembre 2018

Commencer par pourquoi

Commencer par Pourquoi

ça c’est un livre qui a bien résonné en moi !

Il le fera certainement pour beaucoup de gens : manager ou pas.

Je ne sais pas vous mais perso je me demande souvent pourquoi je fais les choses.
Je suis un fou furieux de l’optimisation de ma dépense énergétique.
Ne pas savoir pourquoi je fais telle ou telle action me rend dingue.
C’est donc avec plaisir que cette approche soit aussi celle d’autres personnes
et notamment d’un leader d’opinion comme Simon Sinek l’auteur de ce livre.

En clair

Sinek explique que rien ne peut bien fonctionner durablement sans savoir pourquoi on fait les choses.
Il explique en long en large et en travers que sans un Pourquoi bien défini, cela finit par laisser la société dans un un mal être important.

Il explique même que c’est la raison numéro 1 expliquant la fin de certaines entreprises.
Par exemple quand les managers ne donnent plus le sens des choses, que des policiers tapent la population au lieu de la protéger ou que des politiques usent de la corruption pour leurs fins ça ne flirte pas avec le bon sens. Michel Volle dirait que l’entreprise trahit sa mission d’origine.

Deuxième round

La démonstration de Sinek ne s’arrête pas là. Savoir pourquoi on fait les choses est d’après lui un élément principal à la motivation.

Il le décrit comme ce truc qui te fait lever heureux tous les matins.

Ainsi sinek propose à chacun de se questionner sur le pourquoi de notre vie, le pourquoi de nos actions, le pourquoi de nos entreprises. Ce questionnement fait parfois mal car on se rend compte que nos choix n’étaient pas les plus judicieux. Mais ce questionnement est le plus sain, le plus salubre qui soit pour sa santé mentale. Il en est de même dans les entreprises. Remettre en question le pourquoi on fait ce travail ou ce produit est très bénéfique.

Ensuite il décrit qu’après avoir définit le pourquoi il y a le quoi (qu’est-ce qu’on fait) et puis le comment (comment on y arrive).

Il démontre que lorsque Le pourquoi, le quoi et le comment sont alignés alors il peut se produire ce qu’il appelle l’accomplissement.

Un bon livre avec un petit défaut

Commencer par Pourquoi est un bon livre qui se lit facilement et qui remet au cœur de la vie le sens de ce qu’on fait.

Il a juste un petit défaut de répétition (pédagogie à l’américaine?) qui finit par ennuyer un peu.

Et vous quel est votre pourquoi ?

Quel est votre but dans la vie ? quelle est votre mission ? La mienne est de résoudre des problèmes.

Voir des gens qui galèrent aux entretiens d’embauches voir des gens rater des postes voir des managers souffrir et suer toute la journée et ne pas s’éclater. Cela me touche et ça me fait agir.

Il existe des solutions et je les proposes à toutes les personnes qui entrent en contact avec moi.

contact@successworklife.com

Questions pièges en entretien : épisode 5

Cet article est le dernier de la série Questions pièges en entretien

Épisode 5 – Questions pièges : Avez-vous déjà eu des difficultés à travailler avec un chef ou un collègue?

Ce genre de question est difficile puisque elle met en exergue ce que vous n’aimez pas ou ce que vous n’êtes pas. Vous risquez de vous dévaloriser.

C’est donc un coup de billard à trois bandes qui permet au recruteur de comprendre qui vous êtes et comment vous réagissez dans une situation difficile.

Il permet aussi aux recruteurs de savoir si vous allez vous intégrer correctement dans son entreprise.

L’erreur ici serait de dire que vous n’avez jamais eu de difficultés, c’est impossible !

Il y a bien des gens avec qui vous avez eu du mal à travailler. Cela a du vous arriver au moins une fois dans votre vie.

L’idée est donc de citer le type de profil de ces personnes et de ne pas oublier de vous valoriser.

Que répondre ?

Je vous propose de prendre l’opposé d’un de vos talents et considérer que ce manque de talent vous perturbe.

Par exemple vous pourriez dire : « je suis quelqu’un de courageux. Quand les personnes à côté de moi ne le sont pas, cela me perturbe énormément. J’aime voir des gens courageux. Mais j’ai compris que tout le monde n’était pas naturellement comme ça et donc maintenant je mets à profit mon talent de courage pour les aider à prendre des décisions difficiles.

Par exemple j’avais eu un chef qui  n’osait pas prendre certaines décisions difficiles. Il n’osait pas faire de feed-back constructif à certains membres de l’équipe. A cause de ça, l’entreprise en était perturbée car on avait perdu 2 clients majeurs.

Je lui ai montré comment faire pour donner un feed-back constructif. Depuis ce chef a toujours un peu peur de corriger certains mais maintenant il lui arrive de le faire. Le CA est revenu à la normale »

En prenant l’opposé de vos talents, par effet ricoché, vous répondez à la question et vous vous valorisez !

Conclusion

  • Ne pas dire « j’aime tout le monde »
  • Citer une personne qui n’a pas votre talent
  • Répondre en donnant un exemple ou vous rebondissez

Si vous souhaitez en savoir plus sur la réussite aux entretiens d’embauche, téléchargez gratuitement : 8 conseils pour réussir les entretiens d’embauche

Questions pièges en entretien : épisode 4

Cet article est l’avant dernier de la série Questions pièges en entretien

Épisode 4 – Questions pièges : Décrivez-nous une situation où vous deviez respecter une consigne qui ne vous plaisait pas ?

Cette question est très piégeuse puisqu’on peut très rapidement passer pour quelqu’un de déloyal.

La logique est la suivante : puisque la consigne est à appliquer, il faut l’appliquer même si elle ne plaît pas.

Si vous commencez à dire que vous n’aimez pas la règle, vous pouvez passer pour quelqu’un de déloyal, ou de rebelle.

En effet, Il est peu de chose pour lesquelles vous avez 100% d’influence dans votre entreprise.

Vous avez donc la majeure partie du temps le devoir de vous conformer aux directives.

L’autre piège est de penser qu’il faut citer une situation vécue de non respect à l’éthique ou au règles de l’entreprise (ethics&compliance).

Par exemple quelqu’un de raciste ou tenant des propos machistes.

Mais dans ce cas, ce n’est plus une règle de l’entreprise, c’est une faute grave.

Vous ne répondriez pas à la question : retour case départ.

Il est impensable bien sûr de ne pas répondre à la question.

Alors quoi dire ?

Le mieux est de citer un exemple dans lequel vous n’étiez pas d’accord mais finalement vous avez réussi à vous en sortir.

L’important est toujours de garder le cap pour vous valoriser.

Je vais vous expliquer ce que j’ai déjà dit lors d’un entretien pour cette question.

Une fois il m’est arrivé de ne pas être d’accord avec le montant de l’augmentation proposée par la direction pour une personne de mon équipe.

En clair, il méritait plus que la moyenne des augmentations et il a obtenu tout juste la moyenne.

J’ai fini par digérer la situation et j’ai réussi à convaincre le salarié de cette augmentation.

Je ne me sentais pas bien mais j’ai surmonté l’émotion que m’a demandé cette décision.

Je me suis convaincu que l’important se joue sur le long terme et pas seulement avec des chiffres sur le court terme.

L’évolution et la considération de ce salarié méritait une belle attention mais pas non plus une exagération.

Conclusion

  • Ne pas dire « ça ne m’est jamais arrivé »
  • Ne pas tomber dans le problème éthique
  • Répondre en donnant un exemple ou vous rebondissez

Si vous souhaitez en savoir plus sur la réussite aux entretiens d’embauche, téléchargez gratuitement : 8 conseils pour réussir les entretiens d’embauche

Questions pièges en entretien : épisode 3

Cet article est le troisième sur 5 de la série Questions pièges en entretien

Épisode 3 – Questions pièges : Décrivez-vous en un seul mot ?

Les recruteurs veulent absolument vous connaître.

C’est la clé de tout entretien.

Ils veulent avoir confiance en vous, ils veulent prendre le meilleur candidat qui remplira au mieux les challenges du poste.

En fait les recruteurs veulent connaître quatre choses primordiales qui ne sont pas toujours exprimées de façon claire :

Ils veulent savoir si vous :

  1. comprenez bien le travail qui vous sera demandé ?
  2. êtes capable de faire ce travail ?
  3. allez mettre en péril leur entreprise ?
  4. vous connaissez suffisamment en période de stress ?

Pour éliminer tous ces risques ils veulent en savoir beaucoup sur vous.

Il faut donc jouer le jeu de la transparence.

Attentions aux pièges

Cela ne veut pas dire raconter toute la vérité sur toute votre vie mais bien d’exprimer au mieux qui vous êtes en rapport au poste.

L’erreur classique est de ne pas synthétiser votre candidature avec un seul mot.

Vous racontez toutes les choses positives sur vous sans jamais vous arrêter.

L’autre erreur classique est de ne pas lier votre caractéristique avec le métier ou la particularité du métier en question.

Enfin la dernière erreur est de citer votre talent sans donner de preuve ni de faits qui en sont liés.

Par exemple dire : « je suis courageux » et en rester là, ce n’est pas suffisant.

Si vous dites je suis courageux pour un poste qui est de l’enseignement quel est le rapport entre le courage et l’enseignement ?

Vous voyez qu’il ne suffit pas d’en rester à la description du talent.

Allier talent + caractéristiques du job + preuves

Par exemple dire :

« En un mot je suis positif (vous répondez à la question).

Cela me permet de rester toujours motivé quel que soit la situation même si elle est difficile.

Par exemple j’ai mené un projet avec des clients compliqués. Ils en voulaient toujours plus et demandaient 50000 euros d’investissement supplémentaire. J’ai réussi à négocier en montrant leur intérêt de rester dans les temps et dans le budget. Au final, ils ont été convaincu et j’ai pu finir le projet comme prévu sans dépassement de délai ni de budget.»

Votre talent d’être positif est clairement mis en avant grâce à une réussite chiffrée.

Conclusion

  • Rester synthétique
  • Donner un de vos talent
  • Donner un exemple chiffré

Si vous souhaitez en savoir plus sur la réussite aux entretiens d’embauche, téléchargez gratuitement : 8 conseils pour réussir les entretiens d’embauche

Questions pièges en entretien : épisode 2

Cet article est le deuxième sur 5 de la série Questions pièges en entretien

Episode 2 – Question piège :

Comment réagissez-vous lorsqu’il y a plus de travail que vous ne pouvez en faire ?

Vous demander de répondre ou de décrire une situation difficile est une tactique classique des recruteurs.

Cela leur permet de vérifier votre comportement dans des situations sous forte pression ou dans le stress.

Il est donc important de bien répondre à cette question car elle valide votre potentiel face à des pics d’activité.

L’erreur à ne pas commettre est de dire que vous êtes capable de tout traiter tout le temps.

Que répondre ?

La meilleure réponse étant de dire que face à une situation de la sorte vous êtes capable de prioriser des activités.

Il vous faut illustrer cela en racontant un fait similaire de votre passé professionnel.

Vous devez expliquer vos talents et vos compétences utilisés pour vous en sortir dans une telle situation.

Vous devez ensuite donner les résultats que vous avez atteints malgré la pression.

Cela donne une histoire intéressante sur votre candidature qui sera bien mieux retenue et bien plus impactante qu’une assertion du genre « je sais tout faire à tout moment et je suis capable de tout réussir ».

Exemple

Vous pourriez dire :« J’ai déjà vécu ça lorsque je devais réaliser un projet dans lequel trop d’actions étaient à faire en même temps pour tenir les délais.

J’ai donc priorisé les actions les plus importantes et les plus urgentes par rapport à celle qui l’étaient moins.

C’est mon bon niveau d’écoute (rappel du talent)  qui m’a permis de questionner les gens autour de moi pour en savoir davantage sur la nécessité de faire ces actions.

C’est ainsi que j’ai réussi à livrer ce projet de 100 000 € en 3 mois comme souhaité par le client (rappel résultats chiffrés). »

Conclusion

  • Ne pas dire que vous êtes Superman
  • Dire que vous savez prioriser
  • Donner des éléments concrets
  • Vous valoriser avec les talents et éléments chiffrés

Si vous souhaitez en savoir plus sur la réussite aux entretiens d’embauche, téléchargez gratuitement : 8 conseils pour réussir les entretiens d’embauche

Questions pièges en entretien : épisode 1

Cet article est le premier de la série Questions pièges en entretien

Episode 1 – Questions pièges : Avez-vous déjà reçu une critique de votre travail ?

Bien sûr il s’agit d’une question piège puisque suivant notre réponse on prend le risque de montrer des failles ou des faiblesses et de finir par se prendre les pieds dans le tapis.

Une réponse du genre : « Oui, un jour on m’a dit que j’avais fait un hors sujet sur tel rapport » et en rester là, ce serait suicidaire.

Le recruteur va vous mettre au coin du ring et va vous lapider de questions pour en savoir plus.

C’est en général là qu’on s’embrouille les pinceaux avec des réponses du genre : « en fait c’était pas ma faute mais mon chef qui etc… ».

Et là c’est game-over de reporter votre erreur sur une autre personne.

La critique est importante

En vérité, pour être efficace et performant en entreprise on se doit d’être ouvert à la critique.

Prendre en compte la critique est très important et ne pas passer sur le mode défensif en entretien l’est tout autant.

Vous pourriez passer pour quelqu’un qui ne reçoit jamais aucune critique avec une réponse du genre : « Moi je ne reçois aucune critique, mon travail est parfait. »

C’est caricatural mais je l’ai entendu plusieurs fois en entretien.

Ceci serait une erreur puisque personne n’est parfait.

Celui qui ne fait jamais d’erreur ne peut jamais progresser.

Donc comment répondre à cette question ?

Il s’agit de citer un exemple dans lequel on vous a reproché quelque chose dans votre travail.

L’erreur serait d’en rester là à citer cet exemple.

Ce qu’il faut surtout faire c’est de vous valoriser à partir de cet exemple en démontrant que :

  • vous avez bien compris la situation
  • vous avez bien mis en place une action corrective grâce à vos talents.

L’important est donc de citer vos talents et vos actions qui vous ont amené à cette action corrective.

Il s’agira ensuite de présenter vos résultats chiffrés suite à votre action corrective.

Exemple qui convient

Vous pouvez dire (c’est un exemple parmi tant d’autre) :

« J’ai un jour reçu la critique de mon manager à propos de ma capacité à communiquer.

On m’a dit que je devais communiquer d’avantage mes bons résultats pour valoriser mon service.

Comme j’aime apprendre (citation du talent), j’ai demandé à mon équipe ce que nous pourrions faire pour communiquer davantage sur nos résultats.

Les propositions ont été intéressantes et j’ai choisi de faire des quick wins (amélioration rapide pour peu d’effort ou loi du 80/20).

Au final, j’ai fortement synthétisé mon reporting hebdomadaire que j’ai distribué à d’autres services. L’équipe s’est aussi engagée à réaliser une présentation de nos activités dans un site intranet et un panneau à l’entrée du service.

Résultat, les interactions avec les autres services se sont améliorées. Nous avons gagné 20% de temps à ne plus nous justifier sur nos activités (rappel il est important de donner une approximation chiffrée…même si c’est très approximatif). »

Conclusion

  • Il faut répondre à la question
  • Ne pas passer pour superman
  • Donner des éléments concrets
  • Vous valoriser

Si vous souhaitez en savoir plus sur la réussite aux entretiens d’embauche, téléchargez gratuitement : 8 conseils pour réussir les entretiens d’embauche

Négocier votre salaire

Lisez jusqu’à la fin…une surprise vous y attend !

Cet article va vous permettre de négocier votre salaire.

C’est un extrait de mon livre : 7 secrets gardés par votre manager

Ce livre donne des astuces pour survivre dans le monde complexe de l’entreprise.

Dans les lignes qui suivent, je vous donne mes idées pour que vous puissiez bien argumenter

pour faire grimper votre rémunération.

Au vu des commentaires positifs sur Amazon, certains ont testé l’approche et ça a marché pour eux.

J’espère que vous tenterez vous aussi de faire valoir vos compétences pour le bien de votre porte monnaie.

Bonne lecture et bonnes négociations !

 

CONSEILS UTILES POUR NÉGOCIER UNE AUGMENTATION

Vous avez fait une bonne année, vos résultats sont bons, voire excellents, votre valeur ajoutée à l’entreprise fut remarquable.

Vous avez donc envie de recevoir le fruit de votre investissement et cela est bien normal !

Maintenant que vous avez une date pour négocier votre salaire.

Il s’agit de demander à votre manager l’augmentation que vous désirez.

Votre But est de l’influencer pour que ça l’impacte fortement.

Grande ou petite entreprise

Si vous êtes dans une grosse entreprise, votre manager n’est, en général, pas seul pour décider in fine de la répartition des augmentations.

Les débats à ce sujet se déroulent souvent en comité de direction.

Votre manager devra convaincre l’auditoire (DRH, autres managers, n+2, n+3) qu’une part du budget des augmentations revienne plus à vous qu’à d’autres.

C’est pourquoi votre objectif est qu’il se rappelle bien de l’argumentation à avoir pour défendre votre demande.

Si vous êtes dans une plus petite structure, il est probable que votre manager puisse avoir plus de liberté de décision.

Votre argumentaire en est alors tout autant précieux et important puisque beaucoup plus direct.

Se valoriser

Revenons à la logique de ce qu’est une augmentation. L’entreprise s’enrichit, c’est-à-dire augmente son résultat net, grâce à votre valeur ajoutée. Si les résultats de l’entreprise sont bons, elle peut alors augmenter votre rémunération. Donc votre objectif pour justifier d’une augmentation de salaire est de savoir exposer votre valeur ajoutée.

Pour cela il y a une technique très simple à utiliser. Il s’agit de lister vos principales missions et leurs résultats, puis les associer avec vos talents et enfin en conclure l’intérêt pour l’entreprise.

Cela se résume avec les exemples dans le tableau suivant :

1/ Missions2/ Résultats3/ Talents4/ Intérêt pour l’entreprise
J’ai fait le design d’un nouveau produitLe produit est conçu selon le cahier des charges et est en phase de fabricationJe suis créatif et je suis passionné par le futurLe produit, s’il se vend bien, permettra d’augmenter de 30% le chiffre d’affaire de l’entreprise
J’ai rédigé un aide-mémoire concernant la méthode de fabrication du produit ALa note est diffusée, communiquée et appliquée. Elle permet de réduire la non- qualité de fabrication du produit AJ’aime les détails et le travail bien fini. J’ai aussi une bonne communication afin de transmettre aux autres mon travailLa réduction de la non-qualité va permettre d’éradiquer des dépenses inutiles à hauteur de 5% du coût de fabrication
J’ai synthétisé les besoins des clients en une note pour le département R&DJ’ai expliqué les besoins des clients au département R&D pour qu’il planche sur l’amélioration de nos produitsJ’ai de l’empathie pour les autres et j’aime me mettre à la place des autres pour mieux les comprendre

 

L’amélioration des produits permettra d’atteindre aux environ de 20% de Chiffre d’affaire supplémentaire

 

A retenir

Le tableau ci-dessus donne quelques exemples très simples de synthèse de bilan d’activité, pour demander une augmentation.

L’idée est de vous faire comprendre l’enchaînement de l’argumentaire sur votre valeur ajoutée.

Si vous enchaînez votre message dans l’ordre (mission en 1, puis résultat en 2, puis talent en 3 etc.), alors vous aurez plus d’impact.

Dans le cas contraire (qui se passe fréquemment) c’est la cacophonie, et au final le message est dilué.

En plus, très souvent, les gens oublient de rappeler l’intérêt pour l’entreprise.

C’est dommage car c’est véritablement un levier pour vous permettre de négocier une augmentation.

En rappelant l’intérêt de ce que vous faites pour l’entreprise, vous montrez que vous ne travaillez pas que pour vous mais pour une équipe et une structure dans son ensemble.

Aussi l’expression de votre talent est nécessaire car cela donne du sens à votre démarche et cela donne aussi une explication à votre manager sur la façon dont vous fonctionnez.

Votre responsable pourra se rappeler vos talents, il pensera à vous pour un prochain challenge similaire et cela vous mettra dans une situation de confiance et donc de succès.

De plus, un bon enchaînement de phrases permettra à votre manager de mieux s’en souvenir pour redonner exactement les mêmes arguments à ses managers et au DRH.

C’est une valorisation supplémentaire et importante pour être soutenu dans votre demande d’augmentation de salaire.

Engagement par Mail

Parfois le temps estompe les souvenirs, il vaut donc mieux envoyer par mail, après l’entretien, une synthèse écrite de ce dont vous avez parlé pendant l’entretien. Vous pouvez mentionner dans votre mail que c’est « pour mémoire », pour ne pas le vexer.

Cela a plusieurs effets :

1/ Votre manager ne peut pas nier que vous avez eu un entretien ensemble

2/ Votre manager peut très facilement réutiliser vos mots et les prendre pour défendre votre cas.

3/ Cela montre votre détermination, votre envie d’évoluer car ce qui est écrit renforcera vos paroles.

L’erreur à éviter absolument

Lors de cet entretien, il faut absolument éviter de parler des autres ou de vous comparer aux autres.

Parler des autres revient à faire de la publicité pour les augmentations des autres mais pas pour vous.

Cela peut aussi tourner en votre défaveur.

D’une part, le manager n’est pas du tout mais alors pas du tout à l’aise avec les comparaisons. Un manager sait que l’utilisation des comparaisons est un piège car cela mène à des discussions sans fin. Untel est mieux qu’un autre mais n’a pas eu plus qu’une autre etc.

C’est un véritable cauchemar pour votre manager de s’expliquer rationnellement sur les différences entre les gens.

D’autre part, vous pouvez vous dévaluer en tentant d’écraser les autres ou en les mettant plus en valeur que ce qu’ils méritent.

Ce qui compte, c’est vous. Vous devez vous mettre en valeur et savoir valoriser ce que vous faites.

De cette façon, vous lui démontrez que vous comprenez comment fonctionne une entreprise et que vous en êtes un acteur important.

Réussir cet entretien

Proposez et allez à ce rendez-vous car votre propre vie actuelle et future en dépendent.

C’est parfois difficile quand on est introverti, timide, ou qu’on réfléchit trop à ses peurs.

Mais cela vaut vraiment le coup. Je vois encore trop de gens ne pas rencontrer leur manager avant les négociations salariales.

Ne pas aller à la rencontre de son manager pour parler augmentation de salaire ne peut que générer de la frustration plus tard.

De plus, moins le manager vous voit pour une augmentation de salaire, moins il se rend compte de votre envie de progresser en salaire, moins il est influencé pour vous donner plus qu’à d’autres.

Il peut arriver que pendant l’entretien, votre manager vous fasse des retours pas très positifs sur vous ou tente de vous dissuader de trop demander ou de vous expliquer que vous auriez dû produire davantage.

Soyez à l’écoute des conseils de votre manager. Soyez dans l’empathie et recevez ouvertement ce qu’il va vous dire pour progresser et évoluer.

Restez calme et déterminé à faire passer votre message.

Vous lui dites que vous entendez bien ce qu’il vous dit et que cela vous donne encore plus de motivation pour faire encore mieux l’année prochaine et bénéficier à nouveau d’une augmentation.

 

N’insistez pas trop sur le montant de l’augmentation. L’important est que vous lui fassiez passer le message que vous désirez et méritez une augmentation de par votre valeur ajoutée.

Votre manager ne peut pas vous donner de réponse directement à l’issue de l’entretien.

Ce n’est pas grave, il lui faut surtout bien retenir toute votre argumentation.

 

Revenez vers votre manager 1 mois après l’entretien pour lui demander où en est votre demande.

Cela lui rappellera votre mail, et lui remettra vos arguments en tête.

conclusion

Cette technique fonctionne et a fait ses preuves.

Toutefois il arrive qu’au final l’augmentation que vous touchez n’est pas aussi forte que vous l’espériez.

Dites-vous que vous jouez sur la durée.

Le fait d’avoir rencontré votre manager en lui faisant part de votre demande est comme une graine planté pour la récolte de l’année suivante.

Il faut donc revenir 7 à 8 mois plus tard (pas un an car ce serait trop tard) pour représenter votre valeur ajoutée comme décrit plus haut.

 

NB1 :  si vous souhaitez en savoir d’avantage pour bien négocier votre augmentation, par exemple quand exactement demander son augmentation, quel montant demander, alors vous pouvez lire tout cela dans 7 secrets gardés par votre manager.

NB2 : Je peux aussi vous former par skype pour simuler des entretiens. En ayant lu cet article vous avez droit à une réduction : 50€ la séance au lieu de 100€. Contactez moi par mail : contact@successworklife.com, vous mentionnez le code  50€

J’ai formé Loic récemment qui après une augmentation de 40€ a pu en avoir une deuxième de 100€ net par mois….ça vaut la peine d’aller voir son manager avec les bons arguments.

 

Pourquoi n’aimons-nous pas les entretiens type RH ?

Quand on a un entretien, c’est stressant.

On a peur de faire des erreurs et de ne pas avoir le poste.

En entretien avec des personnes des ressources humaines, les questions semblent compliquées, voire sournoises.

On a souvent l’impression d’être piégé.

Des exemples souvent entendus en entretien!

  • Est-ce que vous vous connaissez ?
  • Avez-vous des défauts ?
  • Qui serez-vous dans 10 ans ? etc…

Il faut avouer que ce n’est pas un réflexe naturel de répondre à ce genre de questions.

On peut donc vite tomber dans le dégoût et se dire « bah c’est pénible ces questions…en plus je ne suis vraiment pas à l’aise  pour y réponde !! »

Alors on se bloque, on répond pas exactement comme il le faudrait et notre candidature n’est pas retenue.

Et pourtant:

c’est là qu’il ne faut pas se bloquer et comprendre les enjeux d’un entretien.

En fait la personne qui recrute cherche consciemment ou non à ce que vous répondiez à 4 peurs implicites.

Elle veut savoir si vous :

  1. comprenez bien le travail qui vous sera demandé
  2. êtes capable de faire ce travail
  3. allez mettre en péril leur entreprise
  4. vous connaissez suffisamment en période de stress

Elles ne vous poseront jamais directement ces peurs.

C’est pourquoi les questions paraissent toujours alambiquées.

Rassurer

Réussir un entretien, c’est savoir rassurer le recruteur vis-à-vis de ses interrogations et de ses peurs (les 4 points du dessus).

L’objectif est donc de répondre à chaque question en ayant cela en tête.

Cela vous permettra de vous valoriser et de vous différencier des autres candidats.

 

 

Si vous souhaitez en savoir plus sur la réussite aux entretiens d’embauche, téléchargez gratuitement : 8 conseils pour réussir les entretiens d’embauche

Comment vous préparez vous à un entretien ?

Vous relisez trente fois votre cv pour bien le mémoriser ?

Vous vous entraînez à répondre aux questions classiques du genre qualité défauts ?

Vous relisez maintes fois la fiche de poste et pour chacun des points vous y collez vos compétences ou expériences ?

Perso une fois je me suis contenté de faire ça.

Je visais un poste de responsable de bureau d’études chez Airbus.

Et je me suis planté, je n’ai pas été pris.

À l’évidence cette préparation n’était pas du tout suffisante.

Avec le recul je me suis dit que j’avais bien loupé l’entretien.

Certes la personne choisie était très bien, très intelligente. Mais franchement j’aurais pu être meilleur et décrocher ce poste.

Quelle a été ma plus grosse erreur dans cette histoire ?

C’est de n’avoir pas appliqué ce que je savais faire : la technique de vente en entretien !

Et pourtant je la connaissais cette technique !!!

Je me suis juré de ne plus refaire cette erreur et de bien me préparer à l’entretien.

 

Je me suis aussi juré de partager ces infos à chaque personne qui souhaite se mettre en valeur et avoir du succès en entretien.

 

Vous pouvez télécharger les 8 conseils fondamentaux pour réussir un entretien d’embauche en cliquant ici.